Le surfaçage dentaire

En quoi consiste le surfaçage radiculaire ?

Le surfaçage radiculaire, parfois appelé « surfaçage dentaire » ou « curetage », est une technique permettant de nettoyer et d’assainir le parodonte.

Le parodonte constitue l’ensemble des tissus soutenant les dents, à savoir :

  • la gencive, de couleur rose pâle et recouvrant l’os alvéolaire ;
  • l’os alvéolaire, tissu osseux de soutien de la dent et entourant sa racine ;
  • le cément, tissu recouvrant notamment la racine des dents ;
  • le desmodonte ou ligament alvéolo-dentaire, assurant la fixation de la dent à l’os alvéolaire.

Lors de l’apparition de certaines pathologies au niveau du parodonte, un espace peut se créer entre la dent et la gencive, nommé « poche parodontale ».

Le surfaçage radiculaire est utilisé en complément d’un détartrage lors d’une parodontite.

La parodontite constitue une inflammation au niveau de la gencive et du tissu osseux, avec l’apparition d’une poche parodontale. Cet espace entre la dent et la gencive peut alors faire l’objet d’un dépôt de tartre, ainsi que d’un développement bactérien.

La parodontite est d’ailleurs souvent précédée par l’apparition d’une gingivite, une inflammation survenant au niveau de la gencive et pouvant provoquer des saignements.

Lorsque la parodontite est installée, elle peut engendrer un déchaussement des dents, pouvant s’aggraver jusqu’à la perte de dents.

D’autres symptômes peuvent également apparaître comme des bourrages alimentaires (des aliments qui se coincent au niveau des dents), des abcès de la gencive (accumulation de pus, liquide résultant d’une inflammation bactérienne), des mouvements dentaires avec migration des dents.

Bon à savoir : dans ce cas, le surfaçage radiculaire peut être pratiqué pour désinfecter les tissus et lisser la surface des racines dentaires en éliminant le cément altéré. Ce nettoyage permet à la gencive de se fixer à nouveau contre la dent et donc de permettre la fermeture de la poche parodontale.

Le surfaçage dentaire est une technique non-chirurgicale pratiquée sous anesthésie locale, c’est-à-dire en bloquant la sensation de douleur au niveau de la bouche.

Le chirurgien-dentiste pratique cette opération à l’aide d’une curette, outil permettant de racler au niveau de la dent. Certains spécialistes peuvent également utiliser des appareils à ultrasons, dont la vibration va notamment permettre de retirer le tartre et la plaque dentaire, c’est-à-dire les bactéries accumulées.

En général, 2 à 4 séances sont nécessaires pour assainir en profondeur les tissus. Ces séances sont réalisées de manière rapprochée, pour limiter le risque de ré-infection.

À noter : les informations présentées dans cet article sont données à titre indicatif et ne constituent en aucun cas un avis médical. Le déroulement de l’opération peut notamment différer d’un centre à l’autre. En cas de doute, il est conseillé de se rapprocher d’un professionnel de santé.

Dans la majorité des cas, la parodontite s’apaise et disparaît après un surfaçage dentaire. L’inflammation diminue avec un dégonflement des gencives, des mobilités dentaires réduites et un arrêt des saignements de la gencive.

Bien que le surfaçage radiculaire soit très efficace, il est recommandé au patient d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire, avec un brossage méticuleux pour obtenir une bonne cicatrisation.

Suite à une parodontite et à un surfaçage dentaire, la gencive peut se retrouver rétractée, avec la possibilité de voir apparaître les racines dentaires. La gencive devient également plus sensible au froid et au chaud.

À noter : si la parodontite est bien installée avec une altération des tissus en profondeur, un surfaçage dentaire peut s’avérer insuffisant. Ces lésions peuvent nécessiter une opération chirurgicale. Afin d’éviter le développement d’une parodontite, il est recommandé de consulter rapidement un professionnel de santé.