Les dents de l’enfance à l’adolescence

Il faut commencer à nettoyer la bouche de l’enfant le plus tôt possible après sa naissance. Il est important de l’habituer au protocole du nettoyage tout en maintenant sa bouche aussi propre que possible.

Vous êtes enceinte ou pensez l’être bientôt ? Les bouleversements liés à la grossesse peuvent avoir un impact important sur votre santé bucco-dentaire.

Risques bucco-dentaires liés à la grossesse

Pendant la grossesse, les modifications hormonales rendent votre gencive très sensible à la moindre présence de plaque dentaire et autres dépôts. Des douleurs et des saignements de la gencive peuvent alors apparaître, ainsi que de petites tuméfactions gingivales qui saignent au moindre contact. Ce sont les signes d’une gingivite de la femme enceinte (ou gingivite gravidique), qui sont le plus souvent réversibles à condition d’adopter une hygiène bucco-dentaire très rigoureuse.
Pendant la grossesse, de nombreuses femmes modifient leurs habitudes alimentaires et ont tendance à augmenter les grignotages. Ce comportement, s’il n’est pas contrôlé, risque d’entraîner l’apparition de caries. Par ailleurs, en cas de vomissements fréquents, l’acidité peut occasionner une déminéralisation de l’émail des dents. Il est alors conseillé de se rincer la bouche à l’eau ou à l’aide d’un bain de bouche fluoré. Le brossage est à proscrire juste après un vomissement car il augmenterait la dégradation de l’émail déjà fragilisé.

Grossesse et soins dentaires

En dehors des soins d’urgence, les soins dentaires sont déconseillés lors des premiers et derniers trimestres de la grossesse. En revanche ils peuvent être réalisés du début du quatrième à la fin du sixième mois, si besoin, en accord avec l’équipe obstétricale.

Grossesse et radiographies dentaires

Les radiographies dentaires réalisées pendant la grossesse ne comportent pas de risque pour le foetus qui n’est pas directement sur le trajet du rayonnement. Pour plus de sécurité, le ventre de la mère peut être protégé par un tablier de plomb. Néanmoins, par précaution, seuls les clichés nécessaires à la réalisation des soins en cours seront réalisés pendant la grossesse, les autres seront reportés après l’accouchement.

Influence de l’état bucco-dentaire de la mère sur la santé du foetus

La présence de caries, ou d’une parodontite, entraîne le passage dans le sang de nombreuses bactéries d’origine buccale pouvant mener à un accouchement prématuré.

La poussée des dents de lait débute en général vers l’âge de six mois et va durer jusqu’à l’âge de trente mois environ.

Les percées dentaires sont assez faciles à repérer : le bébé bave, pleure, suce ses doigts ; il s’alimente et dort moins bien que d’habitude. Ses joues peuvent devenir rouges et ses gencives enflées… jusqu’au jour où la dent perce enfin (de 15 jours à un mois).

Pour soulager la douleur, donnez à bébé un anneau de dentition à mordiller, ou massez-lui les gencives.

La prise de granules homéopathiques ou l’application d’un baume aux vertus analgésiques sur les gencives peut aussi, dans certains cas, calmer la douleur.

Percées dentaires et autres maladies

L’apparition des premières dents n’est pas en elle-même cause de fièvre, de diarrhées, de vomissements ou d’otites. Mais bébé, souvent moins résistant pendant la poussée des dents, peut présenter l’un de ces symptômes et il convient alors de consulter votre pédiatre.

En pratique

L’ordre de sortie des dents de lait et des dents définitives varie d’un enfant à un autre. En cas de doute, n’hésitez pas à questionner ou à consulter le cabinet.

Pouce et tétine

Le besoin des bébés de sucer leur pouce ou une tétine est naturel. Mais pouce et tétine sont souvent à l’origine de problèmes de positionnement des dents, et il faut aider l’enfant à se séparer de cette habitude avant l’arrivée des dents définitives.

L’éruption des dents est variable d’un enfant à l’autre. La 1ère dent de lait sort vers 6 mois et la dernière tombe vers 13 ans. Les dents définitives débutent vers 6 ans.

Eruption des dents : quelques dates pour mieux vous y retrouver

 

L'éruption des dents

Evolution de la dentition

 

L'Eruption des dents

Dès la sortie des premières dents, l’enfant peut apprendre à se brosser les dents. A partir de 6 ans, veillez à ce que l’enfant nettoie bien les premières molaires définitives.

 

Avant l’apparition des dents

Les parents peuvent passer de temps en temps une compresse humide sur les gencives du nourrisson pour le familiariser avec l’hygiène buccale.

Dès la sortie des premières dents

Il faut guider les enfants et leur montrer comment se brosser les dents. Des petits mouvements circulaires doivent être réalisés sur toutes les faces des dents. Dans un premier temps, c’est à un adulte de brosser les dents de l’enfant.

L'adulte lui montre les bons mouvements

 

– Mimer un adulte
Dès qu’il en est capable, l’enfant pourra brosser ses dents en mimant un adulte placé à côté de lui qui terminera ensuite le brossage pour qu’il soit parfait. Dès que l’enfant peut réaliser un brossage correct entièrement seul, l’aide de l’adulte pourra être supprimée.– Brossage du soir obligatoire
Il est recommandé de se brosser les dents le matin après le petit déjeuner et surtout le soir avant de se coucher. Ensuite, l’enfant ne doit pas s’endormir avec un biberon rempli d’autre chose que de l’eau, au risque de développer de nombreuses caries.– Une brosse à dent adaptée
Une toute petite tête de brosse à dents doit être utilisée pour accéder à tous les recoins. Eviter le dentifrice avant la maîtrise du rinçage.
Commencer par brosser le dessus des dents en réalisant des mouvements d’avant en arrière.
Brosser ensuite la face externe des dents en réalisant de petits mouvements circulaires.
Pour terminer, brosser la face des dents située du côté du palais et de la langue.

A partir de 6 ans

C’est l’âge d’apparition des premières dents définitives. La technique de brossage ne change pas, mais il faut veiller à ce que l’enfant aille bien nettoyer aussi les dents du fond (premières molaires définitives) qui sont souvent mal brossées, du fait de leur difficulté d’accès, et qui présentent un risque accru de carie dans les mois qui suivent leur éruption.

Pour préserver le capital dentaire des enfants il est recommandé, à titre préventif, de les familiariser avec le cabinet dentaire dès leur plus jeune âge.

Quand la première consultation doit-elle avoir lieu ?

La première visite chez le dentiste peut avoir lieu à partir de 3 ou 4 ans. Cette première rencontre permet de vous donner toutes les explications nécessaires sur le développement futur des dents de votre enfant, d’évaluer les risques propres à chaque enfant et de vous conseiller sur les principaux gestes préventifs pour la santé de ses dents (brossage, fluor…).

Il est ensuite nécessaire de consulter le cabinet pour des visites de contrôle une à deux fois par an. Ces visites préventives permettent de vérifier l’existence ou non d’anomalies (malposition dentaire, coloration anormale, présence de carie, de tartre…) ainsi que le déroulement de la chute des dents de lait et l’apparition des dents définitives.

Comment se déroule la première consultation ?

La première visite consiste généralement en une simple « prise de contact », sans piqûre ni carie à soigner ! Il est important de rassurer votre enfant et de ne pas l’influencer avec vos éventuelles craintes personnelles. Si votre enfant ne perçoit pas d’appréhension de votre part, les visites se dérouleront en douceur.

Vous pouvez rester dans la salle de soins avec votre enfant jusqu’à environ 5 ans. Cependant, au-delà de 8-10 ans, l’accompagner risque de le déstabiliser et de lui laisser croire qu’il est en danger.

Les caries des jeunes enfants sont rarement douloureuses et passent souvent inaperçues. Leur soin est cependant indispensable pour de bonnes dents définitives.

La carie est une infection de la dent. Il est donc nécessaire de la soigner, au même titre qu’une angine ou qu’une bonne grippe. Si la dent n’est pas soignée, l’infection peut se propager le long des racines de la dent de lait et former un abcès au niveau de la mâchoire.

Outre le fait que cette infection porte atteinte à l’état de santé général de l’enfant (avec apparition possible de fièvre et de ganglions), les germes des dents définitives situés juste en dessous peuvent être mis en péril.
Si la dent de lait n’est pas soignée à temps, l’infection de la dent de lait peut entraîner des défauts de l’éruption, de la forme ou de la couleur de la dent définitive.

De ce fait, il est plus que souhaitable de faire consulter régulièrement (une à deux fois par an) les jeunes enfants dès l’âge de 3 ou 4 ans afin d’intercepter et de soigner d’éventuelles caries.

Les caries des dents de lait sont dangereuses car elles peuvent compromettre la santé des dents adultes qui sont en formation dans les maxillaires de l’enfant.

La carie du biberon

Les enfants qui s’endorment au sein de leur mère ou avec un biberon rempli de lait, de jus de fruit ou de soda, ont un fort risque de développer de nombreuses caries qui apparaissent sous forme de tâches brunâtres sur les dents. Pour éviter tout risque de carie, le biberon que vous donnez à votre enfant en dehors des repas ne doit contenir que de l’eau.

Prévenez les risques de caries grâce au fluor

Le fluor sert à la prévention de la carie en renforçant l’émail. C’est surtout au moment de la formation des dents (de 0 à 12 ans) qu’il a une efficacité maximale.
A partir de l’âge de deux ou trois ans, l’utilisation d’un dentifrice au fluor est le meilleur moyen de prévention des caries. Veillez à utiliser des dentifrices pour enfant qui contiennent une dose de fluor adaptée.
Voir aussi : Le fluor : quelles recommandations

Limitez le sucre

Certains aliments sont particulièrement cariogènes, il ne faut pas en abuser (sucre à assimilation rapide : confiseries, gâteaux, sodas…).
Voir aussi : Alimentation et caries chez l’enfant

Montrer les bons gestes d’hygiène

Apprenez à votre enfant à se brosser les dents après chaque repas en lui montrant les bons gestes. A partir de 5/6 ans les enfants doivent avoir acquis une technique de brossage efficace.
Voir aussi : A quel âge et comment les enfants doivent-ils se brosser les dents ?

Attention

On ne voit pas toujours l’apparition d’une carie à l’oeil nu. Une radiographie des molaires de lait peut permettre de dépister et de traiter au plus vite des caries qui ne se voient pas encore.
A lire aussi : Première visite chez le dentiste

Animation pour enfants
Cliquer pour visionner la vidéo en 3D

Le scellement des sillons réduit l’apparition de caries sur les dents permanentes des enfants. C’est une intervention indolore, prise en charge par la Sécurité Sociale.

En quoi consiste l’intervention ?

Sceller les sillons consiste à couler une résine fluide, fluorée, dans les sillons des premières et deuxièmes molaires permanentes afin de les obturer. Le soin se fait sans anesthésie après un nettoyage minutieux des dents.

Pourquoi sceller les sillons des dents des enfants ?

Le scellement des sillons est indiqué pour deux raisons principales :

  • Les molaires permanentes des enfants présentent souvent de profonds sillons dans lesquels les poils de la brosse à dents ne peuvent pas pénétrer.
  • L’émail des dents permanentes n’est pas totalement mature pendant les quelques années qui suivent l’éruption ; ce qui rend les dents particulièrement sensibles aux caries.

Qui peut en profiter ?

Le scellement des sillons présente un intérêt pendant la période de fragilité de l’émail, c’est-à-dire pendant les deux ou trois premières années suivant l’éruption des premières et deuxièmes molaires permanentes. Ce traitement concerne donc globalement les enfants de 6 à 14/15 ans. Les enfants qui présentent déjà plusieurs caries, ou des sillons très profonds, sont particulièrement concernés.

 

Certains aliments favorisent l’apparition des caries : confiseries, gâteaux, sodas… A l’inverse, d’autres aliments par leur calcium ou leur fluor vont protéger nos dents.

Une bonne alimentation pour de bonnes dents

Ce qui est bon pour les dents

Les aliments qui
protègent les dents :
poissons, viandes, légumes, fromages (calcium, phosphore, vitamine D, fluor).

Les fruits frais :
riches en fibres et en vitamines. Remplacer les gâteaux et sucreries par des fruits frais entiers, en morceaux, en salade ou pressés… sans sucre en poudre.

Ce qui l’est moins

Les aliments sucrés et/ou acides :
confiserie, gâteaux, sodas… Limitez la consommation !

Les sucres cachés :
céréales du matin, plats cuisinés… Le pain, les biscuits ou les céréales sèches s’éliminent très lentement dans la bouche et peuvent aussi entraîner l’apparition de caries.

Le fluor, quelles recommandations ?

L’utilisation du fluor, par voie générale et en application locale, reste la méthode la plus efficace pour prévenir les caries et préserver la santé bucco-dentaire.

Le fluor, un élément majeur

Le fluor fait assurément partie de la santé dentaire en jouant un rôle essentiel dans la protection des dents.
Cet oligo-élément se fixe au niveau de l’émail pendant la formation des germes dentaires, entre 0 et 12 ans, lors d’un apport fluoré par voie orale.

Après l’éruption dentaire, le fluor administré par voie locale (dentifrice, gel ou bain de bouche) renforce l’émail en favorisant sa reminéralisation et diminue la quantité de plaque dentaire à la surface des dents.

Attention au surdosage

Comme tout produit actif, le concept de dose doit rester présent : un excès de fluor, toute origine confondue (ingestion de dentifrice chez l’enfant, eau du robinet, eau en bouteille, gouttes ou comprimés) est nuisible, comme n’importe quelle autre prise excessive de médicaments. Un surdosage en fluor peut provoquer une fluorose qui se manifeste par l’apparition de taches disgracieuses sur les dents.

L’enfant et le bilan fluoré

Pour éviter tout surdosage, il est indispensable, avant toute prescription de fluor, d’établir avec votre chirurgien-dentiste ou votre pédiatre un bilan fluor de l’enfant. Ce bilan vise à évaluer la quantité quotidienne de fluor absorbée par l’enfant dans son eau de boisson et son alimentation, afin de prendre une décision concernant la prescription d’une supplémentation fluorée.

Connaître la dose de fluor dans l’eau de consommation

 

    • Pour l’eau du robinet, regardez si cela est noté sur votre facture d’eau ou renseignez-vous auprès de votre municipalité
    • Pour l’eau embouteillée, la teneur en fluor n’est pas toujours indiquée sur les étiquettes.
      Pour connaître la teneur en fluor des principales eaux en bouteilles, Cliquez ici
      Pour en savoir plus, 3 fiches pratiques de l’UFSBD :

« Fluor : des atouts concrets à votre disposition »
« Fluor : les nouvelles recommandations »
« Dentifrices fluorés : une prescription adaptée à chaque patient »

Recommandation de l’AFSSAPS

Toute prescription de fluor doit être précédée d’un bilan fluoré de l’enfant.

 

  • La mesure la plus efficace pour la prévention des lésions carieuses est unbrossage des dents avec un dentifrice fluoré ayant une teneur en fluor adaptée à l’âge.
  • Seuls les enfants à risque carieux élevé doivent bénéficier d’une supplémentation médicamenteuse en fluor par voie orale dès l’âge de 6 mois.

Le sucre est source de gros dégâts pour les dents. Il peut les détruire et parfois faire souffrir d’une bonne « rage de dent ».

Bactéries, sucre et caries

Nos dents sont recouvertes de nombreuses bactéries. Ces bactéries s’organisent à la surface des dents en un film très adhérent, la plaque dentaire, que nous éliminons partiellement lorsque nous nous brossons les dents.

Pour survivre, les bactéries se nourrissent d’un certain nombre de substances dont le sucre. Lorsqu’elles consomment du sucre, les bactéries fabriquent en retour des substances acides qu’elles libèrent dans leur environnement. Si les dents baignent dans ce milieu acide, leur émail se déminéralise petit à petit. C’est le début d’une carie.

Au fil du temps la carie grossit, creuse l’émail puis la dentine de la dent jusqu’à atteindre le nerf. Quand le nerf est atteint la douleur est importante : la rage de dent s’installe.

Si la dent n’est pas soignée aussitôt, l’infection va progresser le long de la racine jusqu’à atteindre l’os de la mâchoire. Si l’infection s’étend à l’os, un abcès dentaire se développe, accompagné généralement de fièvre et d’intenses douleurs.

Le nouveau-né puis le nourrisson éprouvent le besoin inné, instinctif de téter, de sucer, et ceci pas seulement pour se nourrir. En dehors des tétées et de toute sensation de faim, bébé s’agite, trouve ses doigts ou cherche autour de lui quelque chose à suçoter, puis s’apaise.

On distingue la succion nutritive (sein, biberon) et la succion non-nutritive (pouce, tétine, doudou).
Par ailleurs la période d’éruption des dents s’accompagne d’un fort besoin de sucer et de mordiller.

La succion est une nécessité et une source d’intenses satisfactions.

Pouce ou tétine ?

Depuis une bonne dizaine d’années l’usage de la tétine est en recrudescence.

Mais son utilisation peut être plus nocive que celle du pouce. En effet elle demande un effort de succion plus intense. La peur de la perdre, si elle tombe, fait que l’enfant s’y accroche d’autant plus.
Par ailleurs la tétine est un objet « valorisé » puisque donné par sa mère.

Souvent l’enfant qui suce son pouce ou son doigt ne fait que le caresser de la langue. C’est ce que l’on observe lorsque dans son sommeil, il le laisse tomber.
Sentir qu’il peut retrouver son pouce comme il le veut lui permet de l’abandonner plus facilement.

N.B. L’on constate une utilisation inappropriée du mot orthodontique en parlant des tétines. Une tétine ne traite pas les dents, ne les redresse pas. Elle n’a de valeur ni « physiologique » ni « orthodontique ».

Quand la succion « nécessité » se prolonge en succion « habitude », comment intervenir ?

L’âge conseillé pour lui faire perdre cette habitude se situe autour de 2/3 ans. L’enfant développe alors ses champs d’intérêt et d’investigation. Il marche, s’exprime, a des contacts avec d’autres enfants, entre à l’école.
Jusqu’à 4 ou 5 ans, il peut être admis de sucer son pouce. Au-delà, il est souhaitable de commencer à en parler avec l’enfant.

Indépendamment d’impact éventuel sur les dents, pouce ou tétine gênent la route de la communication : l’on ne peut pas parler la bouche pleine !

Quelques éléments clés pour l’accompagner :

  • Choisir une période favorable en évitant les moments de changements familiaux (déménagement, voyage, naissance d’un autre enfant…) qui peuvent le mettre en insécurité
  • Prévoir une période de préparation et d’information : pas d’interdiction brusque mais expliquer ce qu’il a à gagner en retirant la tétine ou le pouce
  • Présenter l’arrêt de la succion comme une avancée, une « promotion ». Projeter l’enfant dans l’avenir
  • Substituer un autre plaisir à celui de sucer son pouce (lui lire une histoire, le faire parler, jouer …)
  • Etre vigilant lorsqu’il suce son pouce parce qu’il est désœuvré, ou si vous constatez un lien automatique (télévision/pouce…)
  • Encourager les efforts et souligner les réussites.

Enfin, lui laisser du temps pour franchir cette étape et envisager un arrêt par palier : jour d’abord, puis endormissement.
Un « contrat » entre le dentiste et l’enfant peut aussi être responsabilisant et efficace.

A lire aussi : Impact de la succion du pouce sur l’ensemble bucco-dentaire